Xiaomi censure-t-il au nom de la Chine ? Voici la réponse de la marque

censure xiaomi

Vous souvenez-vous, l'automne dernier, lorsque la Lituanie a porté plainte contre diverses entreprises chinoises, Parmi lesquels Xiaomi, à faire censure au nom de la Chine? Une accusation qui a fait beaucoup parler, dans un contexte historique où l'Occident regarde avec toujours plus de méfiance les réalités à la chinoise. On le voit avec l'interdiction américaine contre Huawei, l'exemple le plus frappant d'une certaine méfiance en Occident envers les entreprises apparemment liées à la partie chinoise. Et ce n'est peut-être pas un hasard si la Lituanie, nation alliée des États-Unis et qui tend à soutenir ses visions géopolitiques, porte ces accusations contre Xiaomi.

L'accusation contre certains des principaux fabricants chinois de smartphones est suffisamment grave. Celui qui a fait le plus de nouvelles est sans aucun doute le comportement de censure présumé, complété par une "liste noire" contenant mots importuns et donc à supprimer. Mais cela ne s'arrête pas là : la Lituanie a également parlé du suivi du comportement des utilisateurs, de la connexion à des serveurs asiatiques à leur insu et de l'envoi d'informations sensibles à la Chine.

De nouveaux témoignages arrivent contre les accusations de censure adressées à Xiaomi

Toutes les accusations, censure et autres, qui ont été rapidement démonté, à la fois de nous et de diverses autres réalités qui ont décidé d'enquêter plus en profondeur sur la situation créée autour de Xiaomi. Alors pourquoi revenons-nous à en parler ? Car après notre analyse approfondie et celle d'autres journaux, les autorités allemandes ont également décidé de faire de même. Un point de vue certainement intéressant, car issu d'une partie du monde occidental et pas tout à fait conforme aux autoritarismes asiatiques. Pour être exact, c'est le BSI (Bundesamt für Sicherheit in der Informationstechnik), qui est l'agence gouvernementale pour la cybersécurité en Allemagne.

Après avoir mené sa propre enquête sur la question, le BSI a déclaré qu'il ne pas avoir trouvé de censure dans les smartphones Xiaomi. Comme l'a déclaré un porte-parole de Reuters, l'agence d'État allemande mène ces enquêtes depuis des mois, sans rien trouver. "En conséquence, BSI n'a pas pu identifier d'anomalies qui auraient nécessité une enquête plus approfondie ou d'autres mesures.», a-t-il ensuite conclu.

Xiaomi publie un communiqué sur l'affaire

Pour étayer ce qui a été déclaré par BSI, Xiaomi a voulu publier une déclaration officielle confirmant ce qui a été trouvé : "Xiaomi a le plaisir d'annoncer que les résultats de l'enquête menée par l'Office fédéral allemand de la sécurité de l'information (BSI), publiés hier, confirment notre engagement à opérer de manière transparente, responsable et prioritaire envers la confidentialité et la sécurité de nos clients. C'est une démonstration que nous adhérons à toutes les lois européennes et nationales sur la confidentialité et la sécurité des données, ainsi qu'à toutes les normes européennes applicables aux appareils. Nous apprécions l'échange avec les utilisateurs, les régulateurs et d'autres parties prenantes telles que le BSI, car nous nous efforçons constamment d'améliorer et d'innover" .

⭐️ Découvrez le nouveau Circulaire Hebdomadaire de GizChina avec des offres exclusives et des coupons toujours différents.
brochure